try another color:
try another fontsize: 60% 70% 80% 90%
www.medieval-competition.eu

Acquérir, prélever, contrôler: les ressources en compétition, 400 - 1100 (3-5 octobre 2013 - Rome)

Il est ici nécessaire d’éviter de répéter ce qui a été fait dans le colloque « les élites et la richesse » (Bruxelles, 2008) et de faire une description de l’exploitation, du contrôle et de l’exploitation des richesses ou de chercher une rationalité économique de la compétition à l’aune de nos propres critères. On s’intéressera :
- aux modes compétitifs d’acquisition des richesses : contrôle de la production, des échanges, part de la prédation (pillages, tributs, discussion du modèle de Reuter) ;
- à l’usage des richesses : accumulation/gaspillage/redistribution en relation avec les phénomènes de psychologie sociale et de stratégies individuelles (stress social…) ;
- à l’impact du développement des formes de médiation religieuse (donations aux églises, fondations religieuses etc.) sur les caractères et les formes de la compétition.

On entendra par ressources aussi bien les matières premières (sel, minerais etc.) que les espaces naturels (forêt, eau, etc.), les droits et revenus fiscaux (tonlieu, monnaie, justice etc.), les terres publiques. En ce qui concerne les ressources publiques, on mettra l’accent non seulement sur la compétition pour les obtenir (bénéfices etc.) mais aussi sur le statut particulier qu’implique le caractère public (plus-value symbolique, mémoire etc.) et sur les modes, les moments et les conséquences de l’appropriation.

On pourra s’interroger aussi sur les différences de développement technique et technologique entre régions comme facteur de compétition et de mobilité.